Introduction

Présentation du sitedéfinition d'un logiciel libreLe projet GNU - licences libres - logiciels propriétairesLes logiciels libres au cinéma - logiciels utilisés pour la création de ce site

Page d'accueil

Présentation du site :

Ce site a pour but de promouvoir les logiciels libres. Il a d'ailleurs été créé uniquement avec des logiciels libres (voir la liste ici) et sur un système d'exploitation libre (GNU/Linux).

Avant de définir le concept de logiciel libre, il est nécessaire de signaler que le sujet est d'une importance capitale et qu'il requiert un véritable engagement (ce qui explique le choix de l'illustration ci-contre).


Définition d'un logiciel libre

On confond parfois logiciel libre et logiciel gratuit (d'ailleurs en anglais, l'expression free software peut prendre les deux sens). Or, un logiciel libre n'est pas forcément gratuit (même si c'est très souvent le cas) et vice-versa.
De même on oppose logiciel libre et logiciel commercial. Or, il existe de nombreuses sociétés commerciales dont l'activité est basée sur les logiciels libres.

Ce qui définit en réalité un logiciel libre, c'est la notion même de liberté (ce n'était pas difficile à deviner) :
On dit qu'un logiciel est libre lorsqu'il garantit à ses utilisateurs quatre libertés fondamentales :
- La liberté 0 : liberté d'utiliser le logiciel sans restrictions. (Ex : en entreprise, en établissement scolaire, à des fins personnelles ou à des fins commerciales, ...),
- La liberté 1 : liberté d'étudier le fonctionnement du logiciel (il faut que le code source soit fourni pour que cette liberté soit garantie). C'est grâce à cette liberté qu'il est pratiquement impossible qu'un logiciel libre puisse contenir de spywares ou autres virus.
- La liberté 2 : liberté de redistribuer des copies du logiciel, que ce soit gratuitement ou contre de l'argent, à condition de garantir au bénéficiaire les mêmes libertés. (C'est cette liberté qui fait qu'un logiciel libre est presque toujours disponible gratuitement mais aussi qu'on peut librement en faire commerce.)
- La liberté 3 : liberté d'améliorer le logiciel et de publier ses modifications. (Les logiciels résultant des modifications peuvent être libres ou pas). Là encore, le code source doit être disponible.

Vers le haut de la page

Le projet GNU :

Qu'est-ce que le projet GNU ?
Citons le site gnu.org : « GNU » est l'acronyme récursif de « GNU's Not Unix ». Les développeurs du projet – qui ont de l'humour – ont donc choisi le gnou comme mascotte.
C'est Richard Matthew Stallman qui a lancé le projet GNU en 1984, avec l'ambition de créer un système d'exploitation complet et libre, ressemblant à Unix. C'est aussi lui qui a fondé la FSF (Free Software fondation) organisme à but non lucratif qui a permis le financement et le développement du projet, et il est a aussi l'auteur de la licence GPL (voir plus loin).
En 1991, l'oeuvre accomplie est immense : un système d'exploitation complet auquel ne manque que le noyau (le projet Hurd n'en est qu'à ses balbutiements). C'est alors qu'un étudiant finlandais du nom de Linus Thorvalds publie ce message sur un forum :«Hello everybody out there using minix - I'm doing a (free) operating system (just a hobby, won't be big and professional like gnu) for 386(486) AT clones.»
Il ne le sait pas encore, mais vient d'apporter une contribution essentielle au projet GNU : un noyau.

Aujourd'hui, le système d'exploitation qu'on appelle communément Linux devrait être appelé en réalité GNU/Linux. Il est important de le préciser, pas uniquement parce que Linux n'est qu'une partie du système, mais aussi pour des raisons philosophiques. En effet, deux conceptions s'opposent :
- Celle des puristes comme Richard Stallman, qui sont très attachés aux quatre libertés et qui ne cessent de militer pour leur défense. Les nombreuses menacent qui planent actuellement sur les logiciels libres tendent à justifier leurs prises de positions.
- Celles des « pragmatiques » comme Linus Thorvalds lui-même, qui s'intéressent plus aux performances du système qu'aux questions philosophiques.

Certains représentants de la deuxième tendance se sont d'ailleurs réunis pour créer l'initiative Open source. Ce mouvement considère comme libre tout logiciel dont le code source est ouvert. On sort ainsi (dans cette conception) de l'ambiguïté qu'il peut exister entre les termes libre et gratuit (les deux mots se traduisent par « free » en anglais). Cependant, on occulte aussi toute la philosophie du libre.

Vers le haut de la page

Les licences libres:

Les libertés qui caractérisent les logiciels libres sont garanties par les licences qui les accompagnent (voir : http://www.gnu.org/licenses/licenses.fr.html). En général elles sont bien respectées (la FSF et toute la communauté y veille). Cependant, le strict respect des licences n'empêchent pas certaines pratiques que les plus farouches défenseurs du logiciel libre considèrent comme abusives. Il s'agit notamment de celle qui consiste à utiliser le travail des développeurs de logiciels libres, pour créer à moindre coût des logiciels propriétaires. Si cela peut se faire dans un esprit de collaboration profitable à toutes les parties, la pratique peut être considérée comme normale ; mais si l'utilisation des ressources est à sens unique cela peut ressembler à un véritable pillage.
C'est pour contrer ce type de dérives que Richard Stallman a créé la licence GPL. Ainsi, un logiciel sous licence GPL peut être modifié (grâce à la liberté 3), mais la version modifiée doit aussi être sous licence GPL (donc libre).
Pour des raisons stratégiques, une licence LGPL (ou licence GPL amoindrie) a été crée. Elle autorise les développeurs propriétaires à inclure des bibliothèques libres (sous licence LGPL) dans des logiciels propriétaires.

Vers le haut de la page

Les logiciels propriétaires :

Les logiciels non-libres sont dit "propriétaires". Ceux-ci violent une ou plusieurs des libertés énoncées ci-dessus.
- Un logiciel de type « freeware » (ou « gratuiciel ») viole les libertés 1 et 3 (car le code source n'est pas fourni) et même la 2 (puisqu'on ne peut pas le vendre). Parfois aussi, il viole la liberté 0 (car il est souvent réservé à un usage personnel ou encore non-commercial).
- Un logiciel propriétaire commercial classique viole les libertés 1 et 3 car le code source n'est jamais donné, la liberté 2 car il est interdit de le distribuer, et souvent la liberté 0 car à chaque usage correspond souvent une version différente du logiciel (plus ou moins coûteuse).
- Un logiciel de type « shareware » (ou « partagiciel ») viole les libertés 1 et 3 (pas de code source). La liberté 2 est respectée (même encouragée) et la liberté 0 souvent, mais pendant une période limitée.

Vers le haut de la page

Avantages de l'utilisation des logiciels libres

Les avantages des logiciels libres sont nombreux :

Vers le haut de la page

Les inconvénients des logiciels libres sont peu nombreux (mais assez gênants) :

Vers le haut de la page

Menaces sur l'avenir des logiciels libres

Certains acteurs du monde des logiciels propriétaires s'inquiètent du succès croissant des logiciels libres. Refusant de changer de modèle économique, les dirigeants de ces sociétés ont décidé de lutter contre ces derniers par tous les moyens.

Les moyens « conventionnels » tels que les baisses de tarifs, la propagande, les accords tous azimuts n'ayant pas les effets escomptés, les hostilités gagnent le niveau juridique : sous la pression des grandes sociétés évoquées plus haut, de nouveaux délits font leur apparition dans les lois de plusieurs pays.
C'est le cas du délit de « contournement de mesures techniques de protection de la propriété intellectuelle » (instauré en France par la loi DADVSI voir ce site : http://eucd.info/ ). Quand à la question des brevets logiciels, elle n'est pas encore tranchée dans l'Union Européenne. (Pour davantage d'informations, voir ce site : http://brevets-logiciels.info/ ).

La loi française DADVSI a fragilisé de nombreux logiciels libres et si les brevets logiciels étaient adoptés, d'autres le seraient aussi et pourraient même disparaître. La situation semble donc un peu sombre à court terme, mais on a des raisons d'espérer dans le long terme, si on en croit cette phrase de Gandhi :
« Au début ils vous ignorent, ensuite ils se moquent de vous, puis ils vous combattent et à la fin, vous gagnez ! »

Vers le haut de la page

Les Logiciels libres au cinéma

Cliquer ici pour avoir des informations sur le film « Antitrust » de Peter Howitt.


Logiciels utilisés pour la création de ce site

Pour l'édition des pages web: OpenOffice.org et Nvu .

Pour la publication des pages web: Gftp.

Pour la capture des images et leur retouche : Ksnapshot et Gimp .

Vers le haut de la page

Dernière modification : 16/08/2007, 00:49:26