ACER Aspire 1524 WLMi – Test Mandriva Linux 2006

Page d'accueil

Installation et configuration de MandrivaLinux 2006 (Installationpost-installationacpi installation du pilote propriétaire Nvidiawificonfiguration du winmodem )

Dans tout ce qui suit, j'explique comment installer une Mandriva en version libre. (L'installation d'une version « discovery » ou « powerpack » serait certainement encore plus facile.)

Etape 1: Installation :

L'installation d'une distribution Mandriva Linux ne pose pas de problèmes.
Cependant, il faut savoir qu'en cas de choix d'une version 32 bits, le réseau et l'USB restent indisponibles pendant toute cette première phase. Cela peut être gênant si on souhaite utiliser un clavier ou une souris USB pendant l'installation du système ; heureusement, ce bogue est résolu par la configuration de l'acpi (étapes 2 et 3).

Etape 2: Configuration post installation

A la fin de l'installation de Mandriva, un écran « résumé » s'affiche.

La première chose à faire est d'aller dans la rubrique de configuration du chargeur de démarrage, pour activer l'acpi. Pour le faire, il suffit d'ajouter acpi=on parmi les options de chargement du noyau. Ainsi, au prochain démarrage, l'USB et le réseau seront disponibles ; quand à la gestion de l'énergie (processeur, ventilateur, batterie,...), elle ne sera effective qu'après l'étape 3.

La configuration de l'écran LCD 16/10 (dont la résolution native est 1280x800) est aussi très importante. Pour l'instant, on choisira l'écran « Flat Panel 1280x800 » et la résolution 1280x800.
Pour configurer la carte graphique GeForce, on choisira le pilote libre « nv ».

Une fois les autres options configurées (fuseau horaire, paramètres réseau,...), on redémarre l'ordinateur.
Tout est maintenant opérationnel et il ne manque que la gestion de l'énergie (acpi).

vers le haut

Etape 3: Configuration de l'acpi :

L'acpi a été activé à l'étape 2 (au niveau du noyau), mais il faut encore installer certains modules et services pour le gérer.
Tant que l'acpi ne sera pas configuré, le ventilateur va toujours tourner à fond, le processeur chauffera, et il n'y aura pas de son (sur les versions 32 bits).

Voici donc la procédure à suivre :

Etape 4: Configuration de la carte graphique Nvidia et de l'écran 16/10 :

vers le haut

Etape 5: Configuration du Wifi :

La carte wifi intégrée n'est pas prise en charge nativement par Linux. Pour pouvoir l'utiliser, il faut charger les pilotes Windows 32 bits avec Ndiswrapper. Une version de Linux 32 bits est donc indispensable.

Procédure à suivre :

vers le haut

DEVICE=wlan0
BOOTPROTO=static
ONBOOT=yes
IPADDR={adresse IP de la carte Wifi}
NETMASK={Masque de sous-réseau : 255.255.255.0 habituellement}
NETWORK={Adresse de réseau : 192.168.1.0 normalement}
BROADCAST={Adresse de diffusion : 192.168.1.255 normalement}
GATEWAY={Passerelle : 192.168.1.2 normalement (c'est l'adresse du point d'accès)}
ONBOOT=yes
METRIC=10
MII_NOT_SUPPORTED=yes
USERCTL=no
WIRELESS_MODE=managed
WIRELESS_ESSID={NOM SSID : MDKGROUP par exemple}
WIRELESS_ENC_KEY=clé wep
WIRELESS_RTS=2346
WIRELESS_FRAG=2346

La configuration est similaire à celle d'une carte réseau filaire.

Les paramètres propres au wifi commencent par WIRELESS...

Etape 6: Configuration du winmodem (testée sur Mandriva 2006 b1 32 bits) :

Le portable n'est pas équipé d'un vrai modem. En effet, le modem intégré est ce qu'on appelle un winmodem : il est géré de façon logicielle par Windows.
Fort heureusement, il existe des pilotes linux pour ce composant ; c'est donc aussi un linmodem.

Le site officiel du constructeur (Smartlink) offre actuellement en téléchargement le code source de la version 2.9.10. Je n'ai pas réussi à installer cette version, mais la 2.9.9d ne m'a pas posé de problèmes insurmontables.

Procédure à suivre :





Etape 7: Remarques sur les autres composants :

Tous les composants dont le nom est souligné dans la fiche technique fonctionnent sans problèmes :
- Le graveur de dvd est bien reconnu par k3b.
- Le réseau ethernet fonctionne en gigabit (c'était une des raisons de mon achat).
- Une fois l'acpi configuré, le processeur et son ventillateur se comportent bien.
- Le touchpad Synaptics est bien géré par Mandriva (même la zone de défilement vertical fonctionne). J'ai cependant acheté une souris optique sans fil USB, pour davantage de commodité.
- Aucun de problème avec l'USB2 (ni avec ma clé USB, mon lecteur de cartes mémoires, ou mon disque dur externe).
- Ok aussi pour les ports PCMCIA et pour le lecteur de cartes mémoires livré.
- J'ai pu tester aussi le port parallèle, le micro et le casque.

- Un petit bémol pour le clavier : il n'est pas aussi ergonomique qu'un clavier de PC de bureau. J'ai remédié au problème en achetant un clavier USB (il m'apporte plus de confort et inclut un pavé numérique digne de ce nom).
- Je n'ai pas testé la sortie TV sous Linux. Il s'agit d'une sortie svideo et mon téléviseur ne possède pas ce type d'entrées.
Je me suis rabattu sur le convertisseur televiwer 11672 de trust que j'avais acheté il y a assez longtemps, et qui traînait dans mon placard. Le résultat est excellent ! C'est un petit boîtier sans pilotes, qui exploite la sortie VGA et qui convertit le signal en PAL, sur une sortie composite, péritel ou svideo.
- Un peu agacé par l'absence d'un lecteur de disquettes, j'en ai acheté un sur port USB. Ça ne sert pas à grand chose, mais c'est un peu « pour le fun ».
En tous cas, l'appareil est bien reconnu et sans pilotes. Je peux même démarrer dessus.
- L'absence de boutons pour le réglage du son ou de l'écran n'est pas un problème sous Mandriva, car le logiciel acme (disponible en rpm) permet de reprogrammer les touches du clavier (on peut donc utiliser les mêmes touches de contrôle que sous Windows).
- Je n'ai pas testé non plus le firewire et le port infrarouge car je n'ai pas de périphériques exploitant ces interfaces.

vers le haut



CONCLUSION DE CE TEST :

Malgré quelques problèmes de configuration (dus principalement à l'absence de pilotes GPL pour certains périphériques), il n'est pas trop difficile d'installer une Mandriva free sur l'ACER 1524wlmi – à défaut, il est toujours possible de faire l'acquisition d'un pack commercial.
Un fois le système installé, on peut profiter sur ce portable, de tout le confort d'utilisation d'une Mandriva : ergonomie, profusion de logiciels, de bons outils « maison » et un système de paquetages performant.

Cette distribution est vraiment intéressante quand on découvre Linux et même si on veut aller plus loin.
J'ai cependant décidé de l'abandonner pour plusieurs raisons :
- Elle est trop commerciale : certains paquetages ne sont pas gratuits et leur compilation n'est pas toujours facile
- Techniquement, elle présente des défauts : par exemple, la compilation des sources sous Mandriva est assez difficile (pour moi) et la version de perl incluse dans la distribution est assez déconcertante : il semblerait qu'elle ait été modifiée pour la programmation des fameux outils « maison » (dont l'excellent diskdrake), ce qui la rend incompatible avec certains logiciels programmés dans ce langage.

Depuis maintenant sept mois, je suis passé à la Gentoo.
C'est une distribution « source » : elle n'est pas basée sur des paquetages qu'il faut sans cesse attendre et qui ne fonctionnent pas toujours. Gentoo utilise directement les sources : celles-ci sont compilées au moment de chaque installation. C'est l'assurance de plus de stabilité et de plus de disponibilité des logiciels.

Le problème, c'est que la compilation, c'est long, et puis tous les logiciels ne sont pas forcément disponibles sous forme de sources.
Heureusement, les logiciels les plus lourds existent aussi sous forme précompilée (comme KDE, OpenOffice.org, Firefox...) et pour les autres, ceux qui n'existent qu'au format RPM, il y a la commande rpm2targz...



vers le haut

Dernière modification : 05/08/2006, 16:58:27